L’idée revient régulièrement dans le débat public. L’urne 2.0 : pour voter de chez soi, en deux temps trois clics. PME et grands groupes proposent déjà leurs devis au partis politiques pour organiser les scrutins internes. Mais le procédé n’est pas sans faille.