L’expression « affaire Cahuzac » est préférable à celle de « cas Cahuzac » dont les premières syllabes disent trop dans quoi l’ancien ministre a fourré les siens. […]