Le retour du septennat aurait l’avantage de ne plus nous faire vivre en campagne présidentielle permanente. Il constituerait de ce fait une correction peut-être bénéfique. Mais cela ne saurait constituer la panacée.