Par la simplicité de ses couplets, la si belle chanson de Jacques Brel a apporté un vrai hommage aux victimes. Après le traumatisme national du vendredi 13 novembre, le vertige nous saisit en considérant tout ce qui a pu être dit et écrit. Rien de plus normal, au demeurant, dans le constat que la douleur et l’angoisse conduisent à des flots de verbalisation intensive.