Ancien ministre de la Défense puis président de la commission de la Défense nationale de l’Assemblée nationale pendant cinq ans, Paul Quilès a commencé à douter de la pertinence de la dissuasion nucléaire il y a une quinzaine d’années.