Entre 2005 et 2007, l’effet « Tokyo Hotel », du nom du phénomène pop au chanteur androgyne venu d’outre-Rhin, avait gonflé les effectifs des classes d’allemand. Depuis, rien. Un paradoxe au regard des relations qu’entretiennent les deux partenaires.