« Un texte vidé de sa substance »  Après plusieurs mois de travaux parlementaires, c’est finalement « un texte totalement dénaturé par la commission » qu’Olivier Falorni a défendu pour ménager quelques possibilités d’évolution ultérieure. A la suite de la diffusion d’images choc…