Les élus usent et abusent de Twitter pour éviter le filtrage médiatique et s’adresser directement à leur concitoyens… en 140 caractères. Une concision qui ne leur évite pas les faux-pas.